Tous en selle

« Caroline et Olivier Meunier, accompagnés de leurs enfants, Coline et Cyril (5 et 3 ans), ont enfourché leurS véloS pour un tour de France par le chemin des écoliers…

5 mois de vagabondage au fil du temps…. retour prévu fin août… la magie d’internet permet de les suivre roue dans roue…. »
NDLR

NAMUR-PARIS
Nous voici arrivés au terme de la première étape de notre petit tour à vélo : Paris par l’Eurovelo 3.
Petit retour en arrière, nous sommes le lundi de Pâques, il fait froid et nous remontons la Sambre en compagnie de quelques membres de Neve trek. Après une petite frite à Auvelais, nous continuons vers Charleroi et sa crasse omniprésente...
Passée la capitale (toutes catégories) de dépôts sauvages d’immondices (BONJOUR L’IMAGE DE LA BELGIQUE SUR L’EUROVELO 3), nous voici le long de la Sambre à Landelies et tout redevient comme par magie propre et net....
Le lendemain, nous continuons notre chemin le long de la Sambre sauvage en direction de Maubeuge et c’est vraiment beau.
Apres un super accueil de nos premiers www. warmshowers.org chez Claudine & Georges, nous repartons pour une traversée de la peu connue mais non moins superbe Thiérache française.
Un soir, après une rude journée de vélo pour nous dans l’Oise, Sophie arrête sa voiture à notre hauteur pour nous proposer de loger chez elle ; proposition acceptée unanimement car les campings sont encore fermés à cette saison...
A ce propos petite anecdote, Coline a développé une stratégie imparable pour trouver un logement : « papa on n’a qu’à s’arrêter et dire qu’on a un problème, on n’a pas d’endroit pour dormir, est-ce qu’on peut dormir chez toi ? »
De notre côté, en parents responsables, à défaut de gîte ou de camping, nous préférons demander au maire l’autorisation de planter la tente sur un bout de terrain communal, ce qui parfois se termine par une bonne surprise, comme ce jour où nous arrivons après moultes recherches au superbe village de Eve et que madame le maire, Agnès, nous invite à passer la nuit dans sa grande maison familiale.
Nous terminons notre entrée dans Paris par le canal de l’Ourcq pour loger chez Florence, Louise & Philippe à Aulnay-sous-Bois.

PARIS-MONT ST MICHEL
Après une visite de Paris (cité des enfants), nous avons débuté la Véloscénie (Paris-Mont saint Michel) sur le parvis de Notre Dame.
La Véloscénie traverse les grandes plaines agricoles à la sortie de Paris en direction de Rambouillet. Chartres nous attend avec sa magnifique cathédrale et ses aménagements vélo dignes de ce nom. Nous traversons le Perche très vallonné et superbe, où les champs de colza alternent avec les vergers en fleurs et les manoirs d’un autre siècle.
La suite nous emmène dans le parc naturel régional de Normandie-Maine, où nous dégustons du cidre local tous les midis ; quel délice ! C’est là que nous surprend la toute première matinée de pluie depuis notre départ...Les campings étant enfin ouverts, en cette mi-avril, nous campons tous les soirs.
Alors que nous voulons planter la tente, nous remarquons qu’un des arceaux a disparu; nous questionnons Coline & Cyril, et apprenons que Cyril a joué avec l’arceau ce matin (à 60kms) ! ! Après quelques coups de téléphone, nous retrouverons celui-ci (envoyé par la poste par la brave dame du camping) au Mont saint Michel ; ce qui nous obligera pendant 5 jours à tailler un bout de bois pour remplacer l’arceau manquant.
L’itinéraire, tantôt sur voie verte, tantôt sur petites routes de campagne, nous mène jusqu’à l’estuaire du Mont saint Michel et ses nombreux moutons. Nous allons bientôt quitter la Manche pour rejoindre l’Océan.

LA BRETAGNE
La traversée de la Bretagne s’effectue sous un temps mi-figue mi-raisin. A Saint-Malo, une pluie battante s’est mise à tomber pendant plusieurs jours, détrempant les voies vertes en dolomie, rendant notre progression difficile et boueuse. Ce déluge nous contraint à stopper 2 jours dans les chambres d’hôte de Christine, Jacques et Gaël à Saint-Méen-Le-Grand.
Profitant d’une accalmie, nous repartons pour rejoindre le canal de Nantes à Brest et par la même occasion l’Eurovélo1 (Vélodyssée) qui nous emmènera vers les Pyrénées.
Petite anecdote : en Bretagne, un matin, Caro signale à Oli qu’elle n’arrive pas bien à freiner. Oli lui répond qu’elle n’a qu’à freiner plus tôt, c’est parce qu’il fait fort humide. En essayant de freiner, Caro percute le chariot ; Oli se penche sur les freins et constate qu’il n’y a plus rien comme gomme sur les 4 patins...
Après quelques sueurs froides, nous trouvons un petit spécialiste vélo pour changer les patins. Nous traversons la Loire à Nantes, et le temps se remet au beau fixe pour notre traversée de la Vendée et de la Charente-Maritime (après le cidre, le Pineau des Charentes et les huîtres).
Nous faisons halte à La Rochelle (probablement la plus chouette ville que nous ayons traversée). Nous en profitons pour faire un petit détour par le magasin « Cyclable » pour quelques réparations et pour une petite visite de l’aquarium. Véhiculés par les parents de Caro, nous avons rejoint Cloé, Anna, Nelson et Ali pour une journée détente à l’île d’Oléron.
Nous traverserons demain l’estuaire de la Gironde en bateau et dans une dizaine de jours, nous serons au pied des Pyrénées.