Maneken Pis rend hommage aux belges ayant vaincu un sommet de 8000m.

Le CAB-BAC Fédération Nationale nous a permis de réaliser un rêve : vêtir la plus célèbre statuette bruxelloise d’un costume d’alpiniste

en présence d’un maximum d’alpinistes belges de très haut niveau (ou plutôt haute altitude !).
C’était aussi l’occasion de faire participer Catherine Destivelle, l’une des plus formidables alpinistes de tous les temps, à cet événement, unique dans les annales de notre Club.

Il nous a bien fallu quelques mois pour arriver à en convaincre tous les acteurs. Prouver la valeur de notre projet aux autorités culturelles de la ville de Bruxelles, inviter les alpinistes belges de renom à nous rejoindre ce samedi matin 24 avril 2004, imaginer et faire réaliser le costume, inviter tous nos dirigeants et surtout motiver un maximum de supporters à venir applaudir les summiters aux pieds du « ketje ».

Sur les 29 vainqueurs (dont 26 encore en vie) 13 sont présents, 6 se sont excusés en regrettant de ne pouvoir participer. Nous n’avons hélas pas pu établir de contacts avec les autres.
Un vrai bonheur de rassembler ces alpinistes, dont certains ne se connaissaient pas.
Citons : Marc Baruffa, Dirk Boons, Johan De Bruyn, Vincent De Waele, Jean-Luc Fohal, Jean-Michel Hoeffelman, Alain Hubert, Louis Lange, Laurent Morel de Westgaver, Gille Pille, Jan Vanhees, Hugo Van Praet et Lut Vivijs.

La cérémonie
10h45 : rassemblement dans la cour de l’Hôtel de Ville. On s’embrasse. Mais que deviens-tu …. ? Une journaliste de la RTBF s’informe sur qui est qui. Des interviews en perspective ? Les « Amis de l’Ordre de Manneken-Pis » sont également en nombre. Catherine Destivelle est déjà présente. Elle vient atterrir à 10h00 à Zaventem. Ce sera Jacky Degueldre qui l’accompagnera (de près) tout au long de la journée. Un guide exceptionnel pour une personne qui découvre notre capitale.
11h00 : nous pénétrons dans la salle de réception Maximilien. Beaucoup parmi nous découvrent l’intérieur de ce superbe Hôtel de Ville.
Au nom de la Ville, Monsieur De Crée échevin de l’Etat Civil, nous accueille officiellement.
Au nom du Club et des alpinistes, Jean-Michel Hoeffelman, premier belge vainqueur du Cho Oyu (par ailleurs trésorier de notre section !), expose dans nos 2 langues nationales l’objectif de notre démarche. Très applaudi, Pierre Humblet, Président National, remet le costume à la Ville de Bruxelles.

Guy Loiseau, Président de l’Ordre des Amis de Maneken Pis, dans son discours très folklorique, nous résume les premiers pas de l’histoire de l’alpinisme (mais où a-t-il pu trouvé ces infos bien fournies ?) et le lien avec Maneken Pis.
A la surprise générale et à celle d’Alain Hubert, qui vient de nous rejoindre, il invite ce dernier à dire quelques mots. Alain nous rappelle les liens entre l’homme et son environnement naturel, qu’il se doit de respecter. Les alpinistes sont des acteurs et observateurs privilégiés de ces liens.
On discute ferme, des éclats de rire, un drink plein de convivialité offert par la ville de Bruxelles dans ce superbe salon Maximilien. Les flashes fonctionnent à plein. Après cette régalade, l’assemblée (nous sommes une cinquantaine) se dirige en cortège vers la rue de l’Etuve.

11h45 : Dans une ambiance extraordinaire de bonne humeur, au milieu d’une foule compacte, Catherine Destivelle, Alain Hubert, JM Hoeffelman et le Président Loiseau saisissent le cordon des drapeaux belge et bruxellois qui cachent Maneken Pis. Des cris de liesse étonnent les touristes. Et voilà, le monde entier pour admirer le petit bruxellois revêtu de son costume d’alpiniste.
Dans ce brouhaha indescriptible de touristes et de supporters, les summiters nous offrent leur plus beau sourire pour la (les) photo(s) historique(s) aux pieds de Maneken Pis. Et à tue-tête les participants se sont mis à chanter « Maneken pis petit gars de Brussêêllle… et quand il fait psss, psss il refait psss …. ». Sur le coup, le ketje de Bruxelles arrosait la foule innombrable à ses pieds (impossible de bouger à présent). Puis il s’est mis à pisser de la Kriek à la grande joie des alpinistes, des (nombreux) supporters présents et des Amis de Maneken Pis.
Une demi heure après la cérémonie on rencontrait encore sur la Grand Place des touristes japonais tenant précieusement à la main un gobelet plastique rempli de kriek. La fête les avait épatés.
Nous avons réussi notre pari et dorénavant, à chaque grande occasion « montagne ou alpinisme », nous pourrons faire habiller Maneken Pis en alpiniste.
L’objectif : améliorer la visibilité de notre sport
André STOOP

Situation géographique

Javascript is required to view this map.