In memoriam Maurice Tchou

Cher Maurice, Tu nous as quittés ce vendredi 2 avril, avec toute ta discrétion habituelle, pour t’en aller rejoindre ta chère Claudine, disparue début janvier.

Toi l’homme fort aux trois D : disponibilité, dévouement, droiture, tu ne souhaitais que la présence de tes proches pour accompagner tes derniers moments.
En janvier, je te disais encore : revoyons-nous, nous pourrons évoquer quelques moments communs et de ta vie consacrée à tous tes amis de la montagne.
Déjà tu me semblais avoir perdu ce moral et la bonne humeur qui te caractérisaient. Hélas, plus jamais cette proposition ne se concrétisera !
J’aurais pu te dire combien tu as, avec mon ami Jacques Borlée, compté dans mon engouement pour notre sport. C’est toi qui, alors que tu étais président de la section du Brabant, était présent à Freyr tous les WE en belle saison. Jamais tu n’hésitais, en compagnie de Joseph Marien, à « tirer » un débutant dans les voies abordables.
Combien ont-ils pris goût à la montagne grâce à toi ? C’était un bonheur de faire ensemble, à notre aise, quelques voies puis aller boire le verre au Cham.
Nous évoquions notre passage en internat à Chimay ; nous refaisions le Club, la Fédé et même les relations internationales de la montagne.
Eh oui ! Beaucoup l’ignorent sûrement, Maurice fut aussi, de 1988 à 1992, le prédécesseur de Pierre Humblet à la tête de notre Fédération Nationale CAB-BAC.
Il défendait ardemment, même de la voix, notre petite fédération au niveau international. Ce qui permit, durant de longues années, de maintenir notre association dans le peloton des 19 nations, sur plus d’une centaine, siégeant au Conseil de l’UIAA, l’organe de décision suprême.
Envole-toi du sommet, rejoins les étoiles et Claudine que tu aimais tant.
Chère Dominique, jamais au sein de notre petit monde de l’escalade et de l’alpinisme nous n’oublierons ton Papa, notre ami si cher.

dd