A Sabine

« Je n’arrive plus à lutter contre la folie, le désespoir et les ténèbres de la dépression, je vous aime ».

Sabine Hanciaux, ma princesse, nous a quittés ce 29 juin.
Elle aimait lutter contre le vent, le froid, la pluie battante, la peur du vide. Elle nous a rassemblés dans d’improbables groupes au pied des falaises et dans de petits refuges accrochés aux montagnes.
Pas de plaisirs solitaires. Il y a 20 ans, elle a abandonné la danse pour faire de la montagne sa nouvelle passion. Celle-là ne pourra pas dire qu’elle n’a pas eu une amante entière. Elle me disait : quitte à mourir, que ce soit en montagne, dans une crevasse à deux par exemple…je lui disais : pas trop vite surtout pas trop vite. C’est en elle que la face nord glaciale a grandi, cette saleté de face nord qui ne vous laisse pas sortir, ni par le haut ni par le bas. L’incroyable solidarité familiale n’y a pas suffi. Continuons à aller nous battre en montagne, c’est tellement plus simple et jouissif que ces combats internes.
Merci à tous ceux qui ont partagé du bonheur avec elle et qui l’ont témoigné à sa famille. Alizée a quatre ans, elle a fait le voyage vélo prévu avec sa maman dont elle parle beaucoup. Elle n’a même pas remarqué la pluie anglaise et préfère les friends aux legos. Bizarre is n’t it.
Stéphane Desgain

dd