Thai Boxing

“Enchaîne la voie pour moi!” m’assène-t-il, alors que je sors de sa chambre d’hôpital. Ce serait avec plaisir, si je pensais en être capable… Ce n’est pas donné.…

Quelques jours plus tôt, on rentrait d’une agréable journée d’escalade pour aller manger un bon petit repas chez mon pote Sasha. Lui en moto, moi je conduisais sa camionnette. La vie était belle. Et puis en une milliseconde tout a changé. Un vieil homme qui arrivait d’une petite route n’a pas vu la moto passer…
Nous avions prévu de belles aventures pour le reste de la semaine… mais là, maintenant, Sasha allait passer les prochains mois sans l’usage de ses bras et de sa jambe gauche. Malgré cet énorme revers, quelle inspiration de le voir se battre pour retrouver la santé : un véritable guerrier.

Pendant qu’il était à l’hôpital, moi j’avais encore un match de « Thai Boxing ». La veille j’avais ramassé des coups, battu dans les cordes, frappé au sol. Mais je n’étais pas prêt à me laisser faire, je voulais retourner sur le ring me fracasser à nouveau.
Le notoire offwidth de « Thai Boxing » se trouve sur la petite falaise du Buet à Vallorcine près de Chamonix. Du sol ça paraît facile. C’est un trait évident : une large fissure, évasée, légèrement déversante. Trop larges pour le poing mais pas assez pour y enfoncer les hanches, les offwidths exigent un arsenal de techniques spécifiques et un effort physique très particulier. Au premier essai, malgré l’énorme effort investi, je n’arrivais pas à progresser vers le haut. Abattu, je suis redescendu au sol sans même avoir atteint le relais, l’amour-propre écrabouillé. J’adore ce genre de coup. C’est une bonne leçon d’humilité, ça remet les pieds sur terre, à la case départ, je suis à nouveau débutant. Je réalise qu’il y a encore tant à apprendre. Ça élargit mon champ de références.
Même mon ami et partenaire de grimpe du jour, l’Américain Mason Earl, qui a bien plus d’expérience en offwidth que moi et qui m’a appris beaucoup de choses sur l’escalade de ces fissures larges, a reçu un grosse claque lors de sa première montée…

La voie a été gravie la première fois par l’Américain Craig Lueben, l’inventeur du Big Bro (un genre de tube à expansion pour se protéger dans les fissures larges). Bref, un grand expert de ce type d’escalade. Il a donné la cotation de 5.12c ou 7b+ si vous voulez. Peu après, le fort grimpeur British Stevie Haston a fait la première répétition ; d’après lui la voie est plus difficile que le 8a équipé sur la même falaise.
Quelques années plus tard, des Français du coin, ont équipé la ligne avec des plaquettes en pensant qu’elle n’avait jamais été gravie. Des cotations jusqu’à 8c ont été proposées ! «Je peux seulement imaginer les extrêmes arqués en épaule qu’ils doivent tenter ! » avait dit Craig Lueben dans une interview. Les connaisseurs de ce genre de fissures larges savent que les techniques habituelles consistent en coincement de double poings, ailes de poulet ou coincement de coude, de genou et de tout ce qu’il y a moyen de coincer, sauf l’imagination : celle-là il faut la laisser débridée!
En 2010, Pete Whittaker et Tom Randall, deux anglais qui ont dominé mondialement l’offwidth, ont répété « Thai Boxing » sur friends et ôté les spits en ramenant la voie à sa valeur originale.
D’après eux, la voie pourrait être plus difficile que l’offwidth de référence « Belly Full of Bad Berries » (le ventre plein de mauvaise baies 7c+) à Indian Creek aux Etats Unis. Les chiffres ici ne sont que des numéros.
Le jeune grimpeur sportif Enzo Oddo (18 ans à l’époque) a fait une ascension très impressionnante de la voie en 2013 en la gravissant au deuxième essai. Bon, c’est vrai qu’il a fait Biographie 9a+ quand il avait 15 ans… mais grimper de l’offwidth c’est quand même très différent. Ça montre qu’il est un bon grimpeur polyvalent. Au premier essai, il a vite remarqué qu’il n’avait pas les bons chaussons pour les coincements de pieds ; il est donc redescendu changer de chaussons et a enchaîné !

Après la visite à mon ami Sasha à l’hôpital, j’y suis retourné pour le deuxième round avec l’envie d’apprendre, prêt à accepter un autre massacre. Les premières fois, je ne faisais pas beaucoup de progrès, j’avais l’impression d’avoir un corps en gélatine.
J’ai pensé à mon ami qui souffrait. Une mauvaise réaction aux médicaments l’empêchait maintenant de prendre de la morphine… Quelle situation de merde !!
Quelle fortune avons-nous d’être en bonne santé! Vivons chaque instant et profitons de la vie !
Allez ! Encore un essai dans « Thai Boxing », mais cette fois à fond! Des coincements foireux de doubles poings, de mauvaises ailes de poulets, et des coincements de genou hardis, me font doucement bouger vers le haut. Il y a des moments où je me sentais glisser, mais avec les encouragements de mon ami Mike Lecomte qui m’assurait, le mental est resté fort et je n’ai pas lâché le morceau. Des sections de rochers insurmontables me sont apparues comme des défis intéressants à relever. J’ai tempéré mes efforts, j’ai gardé l’esprit ouvert et après un combat d’une demi-heure, j’en suis arrivé à bout. J’ai clippé le relais avec la tête qui tournait, mais quel bonheur ! Quelle voie superbe !
Je souhaite une rapide et complète récupération à mon ami Sasha!
Au plaisir de partager avec lui de nouvelles aventures!

Juin 2014 Sean Villanueva

Situation géographique

Javascript is required to view this map.
dd