à 20h à la Grande salle de la Maison Haute Watermael-Boitsfort Place Gilson 3


Un sommet de plus de 7000m peu fréquenté, réalisée dans des conditions climatiques parfois peu favorables.
Personne ne reviendra indemne de
l’épreuve, mais tous en garderont des étoiles dans les yeux et beaucoup

Nous n’étions plus que huit au décollage, huit à participer à ce magnifique challenge, mon ami Guy ayant chopé une pneumonie dans la dernière ligne droite avant le départ.

Une catastrophe pour lui comme pour moi : il avait été un des principaux artisans dans la préparation de l’expé, et ce coup du sort me paraissait particulièrement injuste. Heureusement, son fils Colin a vaillamment réparé l’injure du destin par une brillante victoire : il était le plus jeune de l’équipe (27 ans).
La fin d’un beau rêve ou rien ne sera plus comme avant

C’était il y a 60 ans, en 1953, la conquête de l’Everest, le toit du monde. Grand exploit pour l’époque, qui voyait l’explosion des réalisations en matière d’expéditions.

A l’ombre de ce géant de la terre, une fière et esthétique montagne – le Nun – dresse ses faces et arêtes barrées de séracs, crevasses, tour rocheuse. C’est une cordée mixte franco-suisse qui – en cette année 1953 – trouvera la solution de l’itinéraire après avoir dû surmonter de grosses difficultés.

Ladakh, Zanskar… Ces deux mots magiques suffisent à éveiller en nous notre vif intérêt pour ces lointaines contrées de l'Himalaya.

Quel randonneur, voyageur ou alpiniste n'a jamais entendu parler de ces deux petits royaumes longtemps isolés et inaccessibles, à l'extrême nord du Cachemire indien.

Cela fait pratiquement dix ans que nous visitons épisodiquement le Ladakh et le Zanskar : que de changements !

A Leh, on ne compte plus les hôtels, les guest-houses, les restaurants à touristes, les cyber-cafés et les boutiques tenues par les commerçants cachemiris. Même des mendiants venus on ne sait d’où ont fait leur apparition ! Maintenant, la ville touristique déborde amplement au-delà de l’impressionnant palais royal et grignote petit à petit la campagne environnante.

Au début de l’été 2011, lors de la séance de préparation pour le stage au Jervis auquel allait participer notre fils Mathieu,

mon épouse Béatrice rencontre Edouard Deramée, qui lui parle à ce moment d'un projet d'expédition pas encore très précis, dans le nord de l'Inde, au Zanskar, avec comme ambition l'escalade d'un 7000 mètres, le NUN ou le KUN. C'est alors qu'un vieux rêve se réveille en moi: atteindre un jour une telle altitude; rêve que je ne pensais jamais pouvoir réaliser.